Vous êtes dans : Accueil > 33 collectivités, 1 territoire > Barbirey-sur-Ouche > Histoire > Du Chemin de Combe à la rue des Cunissères, un peu d'histoire

Haut de page

Du Chemin de Combe à la rue des Cunissères, un peu d'histoire

Rue des Cunissères, pose du caniveau

L'orage de grêle qui s’est abattu subitement sur Barbirey en juillet 2009 a porté un coup fatal à la rue des Cunissères.
Faut dire que le revêtement de la rue des Cunissères n'était plus tout jeune...

L'orage de grêle qui s’est abattu subitement sur Barbirey en juillet 2009 a porté un coup fatal à la rue des Cunissères qui domine le village. Après elle n'était plus que crevasses et lézardes creusées par le ruissellement.

 

Le Conseil municipal a approuvé l’été 2010 la décision de réparer cette rue, opération qui s’est élevée à 30 000 € : revêtement bicouche, caniveaux en ciment, avaloirs, regards, chaussette drainante, ... tout l'arsenal pour réussir une voie bien revêtue et parée contre les méfaits du temps.Faut dire que le revêtement de la rue des Cunissères n'était plus tout jeune.

 

Aussi loin que les mémoires se souviennent, il existait un chemin charretier, le Chemin de Combe qui permettait aux attelages de gravir, depuis un embranchement en face du jardin du château, juste avant l'église, une forte pente puis de poursuivre en bordure du larret pour atteindre les vignes. « Cunissères » est le nom cadastral de ce lieu-dit mais il n'était pas d'un usage courant. Le nom de "rue des Cunissères" est récent. Il date de la fin du millénaire, lorsque le Conseil municipal de l'époque conduit par Michel Guichard, décida de baptiser les voies du village.

 

Le chemin a été goudronné jusqu'à la hauteur d'une ancienne maison construite en pierres sèches tout en haut de la corniche et récemment restaurée. Elle affiche depuis longtemps sur son pignon un nom qui lui va bien "Villa de belle vue".

 

Le revêtement a été posé dans les années 60, juste après que se soient édifiées sur le bord de cet adret, trois modestes résidences (les premières maisons préfabriquées dites « maisons Echaroux du nom de l’entreprise Dijonnaise sise route de Troyes qui les commercialisaient). Depuis, cinq autres habitations sont venues les rejoindre de part et d'autre de la rue. Elles disposent toutes d'une vue magnifique sur la vallée de l'Ouche ou de la Gironde.

 

La rue donne aussi accès au nouveau cimetière, à la forêt de Veluze et particulièrement à la remarquable grotte de Roche-Chèvre.

 

Haut de page
eZ publish © Inovagora