Vous êtes dans : Accueil > 33 collectivités, 1 territoire > Gergueil > Histoire > Gergueil à l'époque celte

Haut de page

Gergueil à l'époque celte

La découverte en 1891 d'une énorme pierre (4m x 3m x 60 cm) dite "Pierre des Druides" ou "Pierre qui vire" laisse supposer que la région boisée de Gergueil était déjà fréquentée à l'époque celte.

 

Jusqu'au 12ème siècle, on ne sait rien d'une quelconque présence humaine. Deux hameaux dont on ne sait plus rien aujourd'hui, Nervals et Civeri sont mentionnés dans les premiers documents de Citeaux. Lorsque l'abbaye de Citeaux est fondée en 1098, les moines y installent une grange pour exploiter les richesses forestières mais aussi minières. Cependant, la grange cistercienne étant d'économie autarcique, Gergueil devait produire des céréales, du chanvre mais surtout de l'élevage "gros et menu" car la couche agraire défrichée était pauvre en humus.

Les abbés de Citeaux en tant que Seigneurs de Gergueil y exercent "toute justice". Ils font délimiter leur possession et planter des bornes (dites "de justice") telle celle signalée à côté des bâtiments de la "grangiole" de Grandmont. Il en existe d'autres exemplaires dans la forêt de Gergueil mais également en terrain privé.

Citeaux conservera seigneurie et justice pendant plus de 5 siècles, jusqu'à la Révolution. A part ce découpage topographique entre la forêt et la zone cultivable, encore bien repérable de nos jours, il ne reste pratiquement aucune trace architecturale de la grange. Les bâtiments de l'époque cistercienne qui subsistent sont recouverts par des constructions plus récentes. C'est le cas de la grange proprement dite, dont la voûte à 5 berceaux transversaux était construite de pierres et couverte de laves. La place "du plein" la désolidarisait de 5 écuries. La chapelle qui jouxtait la grange existait encore au XVIIème siècle. Elle devait dater d'avant 1255 car à cette date, Citeaux interdit la construction de lieux de culte dans les granges pour que les convers se rendent régulièrement à l'abbaye-mère. Cette chapelle fut au centre d'une querelle entre la paroisse de Gergueil et les abbés. Elle donna lieu à un chapelet de procès, les archives de Citeaux en ont conservé la trace sans qu'aucune des deux parties n'obtienne pleine satisfaction. Au final, les cisterciens restèrent propriétaires, les habitants quant à eux pouvaient l'utiliser comme église paroissiale en payant une dîme au prieuré de Vergy. Cette chapelle fut rasée en 1826 et remplacée par un bâtiment qui subit de nombreuses réfections.

Haut de page
eZ publish © Inovagora