Vous êtes dans : Accueil > 33 collectivités, 1 territoire > Grenant-les-Sombernon > Histoire > La pierre de Grenant : une richesse oubliée

Haut de page

La pierre de Grenant : une richesse oubliée

De nos carrières, nos ancêtres ont extrait de la pierre :
* pour réaliser des statues
* pour construire le canal de Bourgogne, dans la vallée de l’Ouche
* pour construire l’école en 1845 et l’église en 1898

A la fin du XVIIème siècle, Jean Clemencet, demeurant à La Montagne, réalise de nombreuses statues commandées par les seigneurs et les villageois de la région.
Son fils Pierre lui succédera de 1705 à 1733.

Un document du GAM (Groupe archéologique du Mesmontois) indique d’ailleurs :

«Grenant les Sombernon et Ancey possèdent des affleurements ou carrières de calcaire oolithique dont les Gallo-romains faisaient un large usage pour la statuaire ou la décoration architecturale et la couverture de leurs édifices»

Lors de la construction du canal de Bourgogne, dans la vallée de l’Ouche (entre1824 et 1827) le sieur Chaussier, de Gissey, adjudicataire des travaux, détaille l’origine des pierres de taille utilisées par ses maçons : elles viennent, pour une partie, des carrières de Roche de Leu et de la Cave.

Quelques années plus tard, en 1845, le cahier des charges établi lors de la construction de l’école de Grenant stipule que la pierre de taille proviendra de la carrière du Châtelet.

Dans le devis de la construction de l’église, l’architecte (Mr Oechslin de Dijon) prévoyait que la maçonnerie serait réalisée en pierre de taille dure de Grenant (carrière du Chatelet), pour les portes et fenêtres en encorbellement, et les arcs.

Plus généralement, on peut avancer que la quasi-totalité des maisons anciennes de la commune ont été construites à partir de pierres provenant des carrières de Grenant.

 

Haut de page
eZ publish © Inovagora