Vous êtes dans : Accueil > 33 collectivités, 1 territoire > Velars-sur-Ouche > Histoire > La Montagne d'Etang

Haut de page

La Montagne d'Etang

Velars fut habitée depuis des temps fort anciens, certains ont assuré que Saint Bénigne y avait séjourné; et Velars : Villaris au VIème siècle (du latin villa, domaine : puis Villare, qui peut se traduire par ferme ou village) doit à la montagne d’Etang une grande part de sa renommée au cours des siècles passés. En effet, depuis la seconde moitié du XVème siècle, Velars fut connue dans toute la Bourgogne et au-delà pour ses pèlerinages à Notre Dame d'Etang.

Une chapelle dont on ignore l'époque de construction figure dès l'an 1257 dans les titres de l'abbaye dijonnaise de St Bénigne et au XIVème siècle, la Vierge y était déjà vénérée. Le Duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, et son épouse, Marguerite de Flandres, s'y rendent plusieurs fois en pèlerinage (26 janvier 1372 et 18 avril 1373 notamment). Jean sans Peur fait à son tour une offrande à Notre Dame d'Etang vers 1404.
Mais surtout, le 2 juillet 1435, la découverte miraculeuse, par un groupe de bergers, d'une statuette enterrée de la Vierge tenant sur ses genoux l'enfant Jésus, statuette en pierre polychrome pouvant dater du XIIème siècle voire d'une époque plus ancienne, allait rapidement conduire à des pèlerinage qui connaîtront un grand essor jusqu'à la Révolution.
Dès le XVIème siècle, une chapelle est édifiée, sur ordre de l'abbé St Bénigne, au sommet de la montagne et la statuette y sera vénérée. Puis vers 1640, un monastère sera construit à mi-pente, sur le plateau Saint-Jean. Il sera vendu comme bien national en 1791, puis, au XIXème siècle, abandonné et totalement détruit.
Parmi les pèlerins célèbres, on peut citer Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne, qui vint en pèlerinage en 1371. Citons aussi la venue en pèlerinage d'Anne d'Autriche, avant la naissance du futur Louis XIV (marié en 1615 à Louis XIII, le couple attendra 23 ans cette naissance). Régente du royaume, elle reviendra en 1651 avec le jeune roi âgé de 13 ans, venu à Dijon mettre un terme aux troubles de la province, lors des derniers épisodes de la Fronde.
De 1633 à 1791, les pèlerins étaient accueillis par des moines de l'ordre des Minimes, installés
à mi-pente, au plateau Saint-Joseph.
Marie-Thérèse d'Autriche, le 30 mai 1674, à son tour sollicitera la protection de son royal époux, alors sous les murs de Besançon (guerre de Hollande). Elle est accompagnée du Dauphin et de son précepteur, le cardinal Bossuet, lui même né à Dijon en 1627 et consacré, alors, par sa mère, à Notre Dame d'Etang.
Après la Restauration, les prêtres de Velars, tout au long du XIXème siècle, vont faire renaître les processions et particulièrement le pèlerinage du 2 juillet. Surtout, l'abbé Javelle, curé de Velars de 1861 à 1896, va se consacrer à l'édification (1877 à 1896) de la chapelle dont le dôme, surmonté de sa grandiose statue (8 mètres de haut environ et presque 10 tonnes) domine actuellement le site de la Montagne d'Etang. Son successeur, le chanoine Henri Ballet, sera l'artisan du couronnement de la statuette de la vierge (accordée par le pape le 26 avril 1905) et dont les fastueuses cérémonies officielles eurent lieu début juillet 1912.
La statuette est visible dans l'Eglise de Velars (clés à demander en mairie) dont trois vitraux illustrent ce passé : découverte de la statuette, visite de l'abbé javelle au curé d'Ars, cérémonie du couronnement.

Haut de page
eZ publish © Inovagora