Vous êtes dans : Accueil > Environnement > Déchets > Déchetteries > Tri des lampes à économie d'energie et les tubes fluorescents

Haut de page

Tri des lampes à économie d'energie et les tubes fluorescents

TRIER LES LAMPES, C'EST SIMPLE !

 

Différentes catégories de lampes sont concernées par le tri et le recyclage :

 

tubes fluorescents (dits "néons")

 

lampes basse consommation (ou fluo-compactes)

 

lampes à iodure métallique (ou aux halogénures métalliques)

 

lampes sodium (haute et basse pression)

 

lampes à vapeur de mercure

 

lampes à leds

 

Les lampes qui doivent être recyclées sont reconnaissables à leur logo "poubelle barrée".

 

Où déposer ces lampes nouvelle génération lorsqu’elles sont hors d’usage ?

  • à la déchetterie proche de chez vous (les déchetteries de la CCVO sont adhérentes à Recylum depuis le début de l’année 2011),
  • au magasin qui vous vend ces lampes.

 

Que deviennent les lampes lorsqu’elles sont triées et jetées dans les bornes prévues à cet effet ?

Le recyclage des lampes est garanti par Récylum, l’éco-organisme agréé par l’Etat pour le recyclage des lampes usagées, qui confie les lampes à économie d’énergie et les tubes fluorescents collectés à des prestataires également agréés par les pouvoirs publics. Ces prestataires font d’ailleurs l’objet de nombreux contrôles et audits. Ainsi, les 3 650 tonnes de lampes et tubes fluorescents collectés en 2010 sur le territoire français ont bien fait l’objet d’un recyclage pour plus de 95% de leur poids.
Le tri de ces lampes « nouvelle génération » est d’autant plus important qu’elles contiennent des substances parfois dangereuses, comme le mercure : en effet, les performances énergétiques des lampes basse consommation nécessitent la présence de petites quantités de mercure. C’est pour cette raison que les lampes usagées doivent faire l’objet d’une attention particulière tout au long du processus de collecte et de traitement pour être recyclées sans danger.
Les procédés de traitement utilisés séparent les poudres fluorescentes contenant les traces de mercure, du reste des fractions recyclables. Ces poudres étaient définitivement stockées de façon sécurisée en Installations de Stockage des Déchets Dangereux (ISDD) de classe 1, comme d’autres déchets non recyclés de notre quotidien, jusqu’en 2010. Désormais, ces poudres sont stockées en vue d’être également recyclées (cf. le paragraphe sur les terres rares).
Par ailleurs, les centres de traitement effectuent des mesures quotidiennes de l’air ambiant afin de s’assurer que l’éventuelle présence de mercure soit toujours inférieure au seuil admis par la règlementation.

Que deviennent les lampes à filament dites « ancienne génération » ?

Les lampes à filament sont à jeter dans la poubelle des ordures ménagères, puisqu’elles ne sont composées d’aucune matière dangereuse pour la santé. Sur le territoire de la CCVO, les ordures ménagères sont incinérées au Grand Dijon, c’est-à-dire qu’elles sont brûlées en vue de produire de la chaleur et de l’électricité. Ces lampes n’ont pas le logo « poubelle barrée » propre aux lampes nouvelle génération.

Les terres rares : l’enjeu des ressources vu par Récylum

Les terres rares, qui font partie de la catégorie des métaux, sont largement utilisées par les industries de l’électronique, de l’automobile ou encore du médical.
Récylum soutien la recherche pour obtenir une nouvelle source de terres rares accessibles aux industries européennes dès 2012 (terbium, dysprosium, néodyme…) en favorisant le recyclage des lampes nouvelle génération : la filière de recyclage des lampes permettra alors de produire de nouveaux gisements, autres que ceux issus des réserves naturelles. La technique est développée par la société Rhodia.
Par exemple, en 2010, Récylum a collecté 3 650 tonnes de lampes contenant environ 17 tonnes de terres rares. Lorsque le recyclage des poudres fluorescentes sera maîtrisé, le taux de recyclage global des lampes basse consommation devrait dépasser les 96%.
A noter que, jusqu’à présent les poudres fluorescentes contenant des terres rares n’étaient pas recyclées, faute de technologie disponible. Elles sont maintenant stockées dans l’attente de la mise en service de la technologie développée par Rhodia, estimée à l’horizon 2012.

 

Découvrez une vidéo présentant le recyclage des lampes usées en cliquant sur le lien suivant :

Haut de page
eZ publish © Inovagora